Zoom sur Louis Picamoles : sa formation à Montpellier, son explosion à Toulouse et le XV de France

Louis Picamoles sous le maillot de Northampton

FICHE JOUEUR DE LOUIS PICAMOLES

Nom complet : Louis Picamoles

Date et Lieu de naissance : 5 février 1986 à Paris

Taille : 1,92 m

Poids : 117 kg

Poste : 3ème ligne centre

Clubs :

2004-2009 : Montpellier HR

2009-2016 : Stade Toulousain

2016-2017 : Northampton Saints

Depuis 2017 : Montpellier HR

Sélections :

Équipe de France : 71 sélections – 45 points

1ère sélection : France-Irlande (26-21) le 9 février 2008

Palmarès de Picamoles :

Champion de France 2001, 2012

Vainqueur de la Coupe d’Europe 2010

Le troisième ligne Louis Picamoles avec Toulouse

CARRIÈRE DE LOUIS PICAMOLES : MONTPELLIER, TOULOUSE, EXIL EN ANGLETERRE ET RETOUR DANS L’HÉRAULT

Exclu de l’équipe de France lors du Tournoi des Six Nations 2018 après une virée nocturne mémorabl, Louis Picamoles vit des heures difficiles. Pourtant le joueur a fait l’unanimité partout où il est passé, grâce à son sens du combat et du sacrifice. Reviendra-t-il en grâce pour la Coupe du Monde 2019 au Japon??

Né à Paris, Louis Picamoles découvrez le rugby au Chesnay avant d’intégrer le centre de formation du Montpellier HR en 1999. Il a été formé en même temps que Joan Caudullo, Jacques Boussuge, Fulgence Ouedraogo, Julien Thomas et François Trinh-Duc.

Il fait sa première apparition en match officiel lors de la saison 2004-2005. L’année suivante, on le voit apparaître à 3 reprises sur le terrain. En 2007-2008, il gagne peu à peu sa place dans l’effectif de Didier Nourault. La saison qui suit est une année phare pour la formation du MHR. Dans son nouveau stade, le club manque de peu la qualification pour la Coupe d’Europe, mais Picamoles, Ouedraogo, Trinh-Duc et Thomas font leur apparition en équipe de France sous les ordres de Marc Lièvremont.

La carrière de Picamoles prend un nouveau tournant à Toulouse

À la fin de l’année 2009, Picamoles est approché par le Stade Toulousain. Après avoir manqué la qualification en coupe d’Europe, le MHR se décide à passer à la vitesse supérieure. On évoque les recrutement possibles de Lionel Nallet et de Sébastien Chabal. Philippe Deffins, qui est chargé de mener le projet à bien, convainc dans un premier temps Picamoles de rester. Toutefois, sa démission va pousser la troisième ligne à céder aux avances du club Toulousain.

Avec Guy Novès, Picamoles va prendre une nouvelle envergure. Il gagnera la Coupe d’Europe 2010. En finale, Toulouse bat le Biarritz Olympique de Dimitri Yachvili. Cette saison-là, Picamoles a encore un statut de second couteau. L’équipe toulousaine est alors composé de plusieurs joueurs majeurs du XV de France : Thierry Dusautoir, Yannick Jauzion, William Servat ou Vincent Clerc. Louis Picamoles deviendra ensuite champion de France en 2011 et en 2012. Cette période reste le point d’orgue de sa carrière.

Le départ de Guy Novès à la fin de la saison 2014-2015 est un coup dur pour Picamoles, car c’est sous ses ordres qu’il a su faire son trou dans l’effectif bien rempli du Stade Toulousain et qu’il a gagné une place de titulaire en équipe de France. Bien que son successeur Ugo Mola lui accorde toute sa confiance, il signe au mois de novembre en Angleterre, à Northampton.

Picamoles en Aviva Premiership

Une expérience réussie à Northampton puis un retour à Montpellier

À la suite de la Coupe du Monde 2015, où le XV de France atteindra les quarts de finale, Louis Picamoles signe à Northampton. Bien qu’il paraphe son contrat en novembre, il rejoint le club à la fin de la saison. En Aviva Premier League, il fait très bonne impression. Il y dispute 20 rencontres et marque 20 points au total.

En fin d’exercice, il est même le seul avant à figurer dans la liste des meilleurs joueurs de l’année. Si le titre revient finalement à Jimmy Gopperth, Louis Picamoles fait partie de l’équipe de la saison. Bien qu’il ait signé pour 3 ans à Northampton, Mohed Altrad décide de le rapatrier à Montpellier, son club formateur. Il y retrouvera notamment Fulgence Ouedraogo, avec qui il a fait sa formation. Dès son retour dans l’Hérault, Vern Cotter lui confie le brassard de capitaine.

Le parcours de Louis Picamolles en équipe de France

En 2010-2011, il participe à la Coupe du Monde en Nouvelle-Zélande. A cette époque déjà, Picamoles est l’un des cadres du Stade Toulousain. Mais le sélectionneur Marc Lièvremont ne le considère alors pas comme un titulaire. Picamoles jouera en phase de poules face au Canada (45-19) et à la Nouvelle-Zélande (17-37). Il fera ensuite une apparition en ¼ de finale face à l’Angleterre (19-12). Toutefois, il disparaîtra des radars lors de la demi-finale gagnée face aux Gallois (8-9) et la finale perdue contre la Nouvelle-Zélande (7-8).

Son talent se révèle aux yeux du monde lors du tournoi des Six Nations 2013. Sous les ordres de Philippe Saint-André, qui l’installe au poste de 3ème ligne centre, Picamoles termine meilleur marqueur de l’équipe de France avec Wesley Fofana. Bien qu’il soit considéré comme le meilleur Français de cette édition, le XV de Saint-André termine à la dernière place du tournoi.

Après une longue absence pour cause d’infection pulmonaire et de blessure, il fait son retour dans le groupe France pour le Tournoi des Six Nations en 2015 puis pour la Coupe du Monde de la même année. Il effectue toute la préparation avec le XV de France et figure comme titulaire dès le match d’ouverture du Mondial.

Lors de la Coupe du Monde 2015, il fait forte impression contre l’Italie et la Roumanie en phase de groupes. Le sélectionneur le laisse au repos contre le Canada, mais Picamoles retrouvera le terrain en quart de finale contre la Nouvelle-Zélande. Les Bleus se font balayer 62-13. L’avant de Toulouse marquera le seul essai français de la rencontre. Cette déroute précipitera la chute de Philippe Saint-André.

Zoom sur le 3ème ligne Louis Picamoles

Avec Guy Novès, qui a succédé à Saint-André, Picamoles continue d’être sélectionné. Toutefois, les blessures, ses performances en club et son exil en Angleterre lui feront peu à peu perdre son statut de titulaire. Il retrouvera la lumière lors du Tournoi des Six Nations 2017, où la France terminera sur le podium. Il sera l’un des meilleurs joueurs de l’équipe.

L’arrivée de Jacques Brunel à la tête des Bleus change tout. Le nouveau sélectionneur décide de rajeunir l’effectif et Picamoles disparaît de la liste pour le Tournoi des Six Nations 2018. Toutefois, il est rappelé en dernière minute à la suite de la blessure de Kevin Goudron lors de la défaite face à l’Irlande en ouverture de la compétition.

Il fait son apparition lors du match perdu contre l’Écosse. Le soir de la rencontre, il décide de sortir avec certains de ses coéquipiers, mais sa virée nocturne attire rapidement l’œil de la police locale. Il est entendu le lendemain par les autorités et Brunel décidera de l’exclure de l’équipe.

Entre Brunel et Picamoles, le courant ne passe pas. Mais les deux hommes vont-ils enterrer la hache de guerre jusqu’à la prochaine coupe du Monde au Japon?

Leave a Comment