La Coupe du monde de XIII démarre samedi

La coupe du monde de rugby à XIII démarre samedi en Australie. La France est évidemment du voyage chez les grands favoris Kangaroos. Petite présentation de la compétition.

Elles sont 10 à disputer cette compétition. Dix équipes venues du monde entier réparties en 3 poules. Ces trois poules différentes sont constituées en fonction du classement de la Fédération internationale. Dans la première, le groupe “élite”, se trouvent les trois favoris, à savoir l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Angleterre, plus la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La France fait partie de la poule 2, aux côtés de l’Ecosse et des Fidji, tandis que la poule 3 regroupe l’Irlande, les Samoa et les Tonga. Trois des quatre demi-finalistes sortiront de la poule 1. Ils seront rejoints par le vainqueur d’un barrage entre le premier de la poule 2 et le premier de la poule 3.

Pour la France, qui vise les demi-finales, l’objectif est donc clair: il faut gagner sa poule est battre le vainqueur de la poule 3. Pour le reste, ce sera difficile, voire insurmontable. Il faut dire que l’Australie est largement favorite. Et pour cause, Kangaroos conservent leur titre mondial depuis 1975, soit 33 ans! Et lors de la dernière édition, en 2000, ils avaient vaincu la Nouvelle-Zélande 40-12 en finale à Manchester. Malgré une bonne équipe d’Angleterre et des Néo-Zélandais aux ambitions affichés, rien ne semble pouvoir empêcher les Australiens de poursuivre leur domination sur la planète XIII, d’autant plus qu’ils joueront à domicile. Il faut également savoir que ce sport est là-bas le plus populaire, avec le foot australien, et ce loin loin devant le rugby à XV. Les phases finales de NRL et les fameux State of Origin remplissent sans trembler des stades de 90 000 places.

Côté français, les ambitions sont légitimement plus élevées que lors de la dernière édition. Car entre temps la situation a bien changé dans nos contrée. En 2000, un seul joueur bénéficiait du statut de professionnel. Le reste de l’équipe était composée d’amateurs et de semi-pros. Ils sont aujourd’hui tous devenus professionnels. Mieux, sur les 23 joueurs partis à l’autre bout du monde, 14 ont déjà joué en Super League, le redoutable championnat britannique. Le XIII de France s’est donc considérablement développé et structuré ces dernières années. La présence des Dragons Catalans en Super League n’y est pas pour rien. 12 des joueurs sélectionnés proviennent de cette équipe, sans compter Fellous qui y jouait encore la saison dernière. Gare toutefois aux Ecossais, qui se sont largement renforcés ces dernières années. Pour le reste, l’objectif d’une demi-finale semble à portée.

Les Français joueront leurs deux matchs de poule le 26 novembre à Canberra contre l’Ecosse et le 1er novembre à Wollongong contre les iles Fidji. Le coup d’envoi de la compétition sera lui donné samedi à Townsville avec une confrontation entre l’Angleterre et la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les demi-finales sont prévues les 15 et 16 novembre et la finale aura lieu le 22 novembre.

Le groupe France:
Arrières: Jared Taylor (Lézignan), Justin Murphy (Dragons Catalans), Teddy Sadaoui (Carcassonne), Sébastien Raguin (Dragons Catalans), Sébastien Planas (Toulouse), John Wilson (Dragons Catalans), Dimitri Pelo (Dragons Catalans), Christophe Moly (Carcassonne), James Wynne (Lézignan), Maxime Grésèque (Pia), Thomas Bosc (Dragons Catalans).

Avants: Laurent Carrasco (Villeneuve), Grégory Mounis (Dragons Catalans), Eric Anselme (Leeds), Jamal Fakir (Dragons Catalans), Jean-Christophe Borlin (Saint-Gaudens), Olivier Elima (Dragons Catalans), Adel Fellous (Lézignan), Jean-Philippe Baile (Dragons Catalans), Jérôme Guisset (Dragons Catalans), Julien Rinaldi (Harlequins Londres), Rémi Casty (Dragons Catalans), Matthieu Grifi (Dragons Catalans)

coupe-monde-xiii-les-capitaines.jpg

Ci-dessus les capitaines des dix équipes engagées devant le trophée tant convoité: Nigel Vagana (Samoa), Lopini Paea (Tonga), Darren Lockyer (Australie), Jérôme Guisset (France), Jamie Peacock (Angleterre), John Wilshere (Papouasie), Danny Brough (Ecosse), Nathan Cayless (Nouvelle-Zélande), Scott Grix (Irlande) et Wes Naiqama (Fidji).


Equipe préférée: disons que je suis Toulouso-montpelliérain. Joueurs préférés: Philippe Sella, Yannick Jauzion, Cédric Heymans, Sébastien Chabal, Byron Kelleher, Vincent Clerc, Shaun Sowerby, Maxime Médard (ouh qu'ils l'ont bien formé lui!), Petru Balan et Takudzwa Ngwenya. Et aussi Auguste Chadwick et Andy McLean. Joueurs détestés: Agustin Pichot, David Auradou, Fabien Pelous, Rodrigo Roncero, Mario Ledesma, Mathieu Blin, Lawrence Dallaglio, Pierre Mignoni...

12 Comments

  1. Yannick says:

    Faudrait que je me mette à regarder un peu de XIII de temps en temps, juste pour voir un peu la différence avec le XV. J’ai tendance à penser qu’il y a plus de mouvement mais que c’est moins spectaculaire… sont ce des préjugés?

  2. PJ says:

    Question mouvement, ça se vaut. Le point faible des treizistes est leur jeu à la main je trouve. Ils se font des passes de maçon, ne jouent pas très bien au large. On ne voit d’envolée toulousaines quoi. Mais bon, quand le jeu est lancé, le soutien est toujours très présent et rapide. Ca permet de faire durer les temps de jeu.

    Ce qui m’impressionne le plus, c’est la condition physique des joueurs. Ils sont énormes, boostés à je ne sais quoi (Oui mais quoi? Je ne sais…) et courent sans arrêt. Les contacts physiques sont réellement impressionnants. Ca se met des carambars à tout va. Autre force du XIII, il n’y a pas de jeu au sol. Le rythme est donc vraiment intense et le jeu n’est pas pollué par toutes les phases de jeu subjectives dont on parle à XV en ce moment. Le rythme est aussi très soutenu car il n’y a que très très peu de temps morts. A XV, à chaque touche, chaque mêlée, chaque coup de pied, les mecs se parlent, réfléchissent, etc. Là non, le ballon sort, on joue de suite. Un mec tape une transformation, les autres sont déjà replacés pour jouer. Ca va très vite, ils se reposent jamais. Les treizistes ont une condition physique bien supérieure aux quinzistes. C’est d’ailleurs pour ça que les riches clubs de rugby à XV font régulièrement leurs courses chez le XIII.

  3. Yannick says:

    Comme Jason Robinson par exemple pour ne citer que lui?

  4. PJ says:

    Par exemple. Il y en a d’autres, comme Sonny Bill Williams, dont on a pas mal parlé cet été, Tuqiri, Matt Rogers, Bomati, Sid, Farrell, même Lomu et Christian Labit me semble-t-il! D’ailleurs, Jérôme Guisset, le capitaine de l’EdF qui est partie en Australie, avait lui aussi tenté l’aventure à XV à Brive, mais sans succès. L’excellent Freddy Banquet avait lui aussi sauté le pas, à Castres je crois, mais sans succès non plus.

  5. thi oc says:

    j’ ai aussi un peu de mal à apprécier le XIII.
    je trouve ça stéréotypé et le jeu à la main, mon dieu, quelle pauvreté.
    ils sont vaillants et gaillards mais ça me semble trop superficiel ….

  6. PJ says:

    Comme dans le XV, l’aspect physique a un peu pris le pas sur le reste. C’est vrai qu’en tant que quinziste de formation, je frémis un peu devant le jeu à la main parfois. Mais j’adore ce sport!

  7. Yannick says:

    Perso je ne peux pas dire que je n’aime pas car je n’en ai vu que des bribes de match tres tres rarement… je n’ai donc pas d’avis objectif là dessus et j’ai eu mon coup de coeur direct sur le XV parce que c’est ce qui etait médiatisé (enfin, çà commençait!!!)… je pense qu’il y a de çà aussi…

  8. PJ says:

    Après un week-end de compétition, l’Australie a accru sa position de grand favori en battant la Nouvelle-Zélande 30-6 lors de leur premier match. De bonne augure avant d’affronter l’Angleterre.

    De leur côté, les Français ont mal démarré leur match, mais ont fini par s’imposer 36-18 face à l’Ecosse. Le début du match a été timide coté français, mais la défense a fini par permettre de prendre les rennes du jeu pour passer devant. La première marche est franchie, reste maintenant à battre les Fidji le 1er novembre prochain pour s’assurer une place en quart de finale.

  9. PJ says:

    Quelle déception pour les Bleus! Ils ont été étrillés 42-6 par les Fidji dans leur deuxième match de poule. Il ne reste plus qu’un infime espoir de se qualifier pour le “quart” contre le premier du groupe 3. Il faut attendre le résultat de Fidji-Ecosse prévu mercredi.

  10. Yannick says:

    Quelle grosse latte ils ont pris, j’ai vu 2-3 images mais dites moi, les fidjiens sont donc bien meilleurs en XII qu’en XV ?!

  11. Yannick says:

    je voulais dire en XIII, pardon !

  12. PJ says:

    Les Français seront bien déçus de leur parcours. Dans le match pour la 9e place, ils ont encore été lourdement battus, par les Samoans cette fois-ci: 42-10. Les Bleus terminent derniers de la compétition. On est donc bien loin de la demi-finale espérée.

    Dans le haut du tableau, les Fidjiens continuent sur leur lancée. après avoir été battus 16-18 par l’Ecosse mais terminé premiers du groupe 2, ils ont battu l’Irlande en match de barrage 30-14 et rencontreront les Australiens en demie. L’autre demi-finale opposera, sans surprise, l’Angleterre à la Nouvelle-Zélande. Deux équipes qui se sont rencontrées dans le groupe 1, lors d’un match remporté 36-24 par les Kiwis néo-zélandais, ce qui a d’ailleurs constitué une petite surprise.

Leave a Comment